La galerie ©Jérémy Piot
La galerie ©Jérémy Piot

La galerie

Comment rendre compte du mystère du vivant ?

C’est comme un musée. Non, pas un musée, une galerie. Dans un musée, les œuvres restent, dans une galerie, c’est temporaire. En fait, c’est une exposition temporaire.

Imaginez un espace ample, clair, ça tombe bien on l’appelle la salle claire… Imaginez une collection de portraits, de toiles, comme dans un musée… devant chaque œuvre, un homme ou une femme complète la toile. Ces hommes et femmes parlent, nous confient leurs émotions. Ils nous racontent une histoire d’amour, une histoire singulière, un regret, un rêve, une sensation, un désir. Un moment précis et intime de leur parcours.

Nous les écouterons de très près, comme dans une confidence, notre regard embrassera leur regard mais aussi l’œuvre en écho, comme une traduction, une passerelle, un tremplin, une porte.

Est-ce ce vrai ou non ? Nous n’en saurons jamais plus.

15 participants se prêtent au jeu de cet étrange musée vivant où le public passe d’une station à l’autre dans une déambulation théâtralisée. Un projet sur-mesure dans le cadre de la COOP à la maison des Métallos en mars 2020.

Représentations le vendredi 6 mars à 20h, le samedi 7 mars à 19h et le vendredi 13 mars à 20h à la maison des Métallos, Paris 11ème.

La Galerie à la maison des Métallos

 

Mise en scène: Didier Ruiz

Collaboration artistique: Nathalie Bitan

AVEC LA PARTICPATION D’UN GROUPE D’AMATEURS: Alix Giraud, Anne Giraud, Camille Rochwerg, Catherine Lapeyre, Catherine Le Hénan, Charlotte Furnon, Galatée-Dominique Hirigoyen, Francine Bavay, Laurent Peyrat, Lila Aïssaoui, Lydia Feodoroff, Martine Ancelot,  Martine Lamy, Muriel Constant, Roland Dupouy.