Que faut-il dire aux Hommes?

IMG03©Emilia_Stefani-Law ©Emilia Stefani-Law
IMG20©Emilia_Stefani-Law ©Emilia Stefani-Law
IMG36©Emilia_Stefani-Law ©Emilia Stefani-Law
Que faut-il dire aux Hommes ? © Emilia Stéfani-Law

Dans une société en manque de spiritualité, où les religions sont synonymes de déchirements et de haine, il me semble que nous avons besoin de nous reconnaître, de nous retrouver. Nous avons besoin de soleil. Oui, de soleil.
La religion ne m’intéresse pas en tant que telle. La spiritualité oui. Elle m’aide à conserver mon statut d’être humain, à vivre avec les autres. Et surtout elle m’aide à penser la mort.
Ils seront sept sur le plateau. Cinq hommes, deux femmes. Tant pis pour la parité. Je n’y suis pas arrivé.
J’entends beaucoup de choses communes dans leur bouche, des certitudes mais aussi des doutes, l’écriture d’un chemin loin des dogmes officiels. Ils ne représentent en rien des courants officiels mais plutôt des manières différentes de vivre leur foi. Aujourd’hui et dans la joie.
C’est un sujet sensible  dit-on dans mon entourage. Parler de spiritualité au théâtre n’est pas chose courante. J’ai bien conscience que laisser apparaître sans affirmer, laisser la porte ouverte sans certitude, nourrir une réflexion sans avoir la main lourde est une position délicate et le fil est mince…
Après les ex-prisonniers d’Une longue peine, les personnes transgenres de TRANS (més enllà), ce troisième volet fermera un triptyque consacré aux invisibles, engagés dans des convictions pour atteindre la liberté. Comme pour les précédentes créations je travaillerai selon le procédé de la parole accompagnée qui m’est cher, faisant le choix de la partition orale et non d’un texte.

Didier Ruiz, janvier 2020

 

Production La compagnie des Hommes

Coproduction Mairies d’Arpajon, La Norville et Saint-Germain-lès-Arpajon, MC93 scène nationale de Bobigny, Le Channel scène nationale de Calais, Scène nationale de l’Essonne Agora – Desnos, Châteauvallon scène nationale, Théâtre de Chevilly-Larue, Fontenay-en-scènes / Ville de Fontenay-sous-Bois.
Accueil en résidence aux Bords de scènes Grand-Orly Seine Bièvre et à la Maison des métallos établissement culturel de la ville de Paris.
Avec l’aide à la création de la Région Ile-de-France, du Département du Val de Marne, l’aide à la résidence de la Mairie de Paris, le soutien des fondations E.C.Art Pomaret et Un monde par tous sous l’égide de la Fondation de France et de la SPEDIDAM.
Avec la participation artistique du Jeune théâtre national et de l’ENSATT.

Mise en scène Didier Ruiz
Collaboration artistique Tomeo Vergés
Dramaturgie Olivia Burton
Assistanat à la mise en scène Myriam Assouline et Céline Hilbich
Scénographie Emmanuelle Debeusscher assistée de Floriane Benetti
Costumes Solène Fourt
Lumière Maurice Fouilhé
Musique Adrien Cordier

 

Avec
Adel Bentounsi

Marie-Christine Bernard
Olivier Blond
Eric Foucart
Grace Gatibaru
Jean-Pierre Nakache
Brice Olivier

 

Dossier artistique