Valse 3

Mise en oeuvre Didier Ruiz Assisté de Cécile Leterme Lumières Maurice Fouilhé

….je voudrais rencontrer ma grand-mère qui est morte quand j’avais 1 ou 2 ans. Parce qu’on m’en a raconté je me suis construite une image d’elle, et elle est devenue ma confidente, elle m’accompagne dans tous les moments de ma vie, c’est comme si je la connaissais, mais je voudrais la rencontrer….

….Je suis dans une forêt. Où ? Collines, herbe d’un côté, falaises, mer de l’autre. Je cours pieds nus, en chemise de nuit, avant l’aube, vers 4h du matin. J’arrive au bord d’un lac inconnu, je le traverse, je retrouve une forêt. Quelqu’un me demande : qu’est-ce que tu fais là ? Je ne réponds pas, car on m’a appris à ne pas répondre quand je ne suis pas nommée. Je continue à courir, j’arrive à une maison, j’entre. La personne qui courait derrière moi entre à ma suite dans la maison. C’est un homme, il explique qu’il me sauve parce que je voulais rester dans le lac….

Raconter la ville à travers la parole de ses habitants issus d’un quartier défavorisé et cloisonné. Les présenter au monde dans des lieux emblématique, leur donner confiance en eux, et leur donner une place. Une place dans leur ville, une place dans la société.

Raconter la ville comme une valse en trois temps, un temps ici, un temps là-bas, et le troisième dans la Tour Pleyel.

La parole est celle des habitants du Franc-Moisin qui vous entrainent dans une exposition de portraits vivants.

Et de 1, et de 2, et de 3…

Didier Ruiz

Production : La compagnie des Hommes
Coproduction : Théâtre Gérard Philippe, Centre dramatique national de Saint-Denis.
Avec le soutien de la DRAC Île-de-France, d’ARCADI et de la Fondation Daniel et Nina Carasso.
La compagnie des Hommes est soutenue par la région Île-de-France au titre de la permanence artistique et culturelle.